Ensembles…!

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Ensembles

 

Ensembles


Le petit sentier, bordé de fleurs sauvages, exhale  une odeur douce et suave à la fois. Les petits oiseaux  s’y aventurent, en le traversant  à la sauvette. Le bleu du ciel étincellent rivalise avec  son frère le soleil. L’air  pur du  petit  matin vivifie  et les gouttelettes de rosée perlent encore sur les  toiles d’araignées  écrasées sous leur poids. L’eau de la rivière est d’un calme  mirobolant. Un goéland, frondeur, s’admire  dans  ce miroir et semble s’amuser en piaillant. Ce paisible paysage respire et aspire à la sérénité. Le silence qui se fait entendre  transcende l’harmonie.

Catherine et  Marc  flânent  tout en lenteur  sur cette allée  de conte de fées. Ils observent les  oiseaux  gambader  en sautillant, leur donnant un air cocasse. Catherine sourit et s’émerveille. Marc lui fait remarquer les minuscules fleurs jaunes dans l’herbe  verte détrempée. Une osmose s’est  installée entre eux. Ils se connaissent depuis quelques temps, et, toujours en ami, se fréquentent  régulièrement. Ils apprécient la présence de un et de l’autre  et se rejoignent sur plusieurs aspects de la vie. Ils marchent jusqu’à un banc  niché au  soleil. Ils s’installent  devant le panorama magique de la rivière  encore toute endormie.

Catherine brise le silence duveteux  en murmurant à Marc :

-Quelle adorable journée, n’est-ce pas ? Nous somme privilégiés d’assister à ce spectacle.

Marc acquiesça tout en respirant profondément et ne dit mot. Catherine continua.

-J’aimerais  vivre continuellement ce moment présent  avec ce calme et cette harmonie qui nous  stimule.  Quels bienfaits. Pour moi, ce que je vois et ressens  ici ce matin, c’est l’expression pure et simple de l’amour .Quelle  beauté  dans ce  paysage pictural.  Qu’en penses –tu ?

N’attendant pas la réponse  elle continue  de sonder  Marc  qui l’écoute avec attention et ferveur :

-Marc,  nous  vois –tu ensembles  formant une union ; un couple ?

Elle  fixe Marc et attends patiemment  la réponse. Son cœur se met a battre  la chamade. Elle  hésite car elle ne veut pas briser une si belle complicité qu’ils ont entretenue depuis qu’ils se connaissent. Mais, mature comme elle est, elle se sent en confiance. Les expériences de vie, les sienne autant que celles de Marc les ont fait grandir  en sagesse : en  homme et femme évolués. Catherine  pose ses yeux bleus  dans ceux de Marc et  retient son souffle.

Marc , serein et pondéré  la regarde tendrement et lui  déclare :

-Si, je dis bien si, nous serions ensembles,  toi et moi,   je  soupirerais être à tes côtés  tout le temps mais  à l’occasion, aussi,  retirés pour se laisser respirer. Ne pas s’envahir, ne pas  s’approprier  de l’un et de l’autre mais bien s’aimer. S’aimer  dans l’autre  et vice versa.

Les yeux de Catherine  s’emplissent d’une joie indescriptible. Et Marc continue :

-À tous les jours  je prendrais de tes nouvelles  et te laisserais  savoir que je suis à ton écoute comme je saurais que toi aussi  tu l’es. À tous les jours je t’enverrais de petits mots simples et doux  pour réchauffer  ton cœur et le mien en même temps. À chaque occasion je voudrais voir ton sourire et ton innocence venir, comme un aimant, me ramener à toi. À chaque  instant présent dans les moments présents, comme celui-ci,   je voudrais graver cette étincelle  de la   Lumière de Dieu  dans tes yeux.

Toutes nos conversations, comme notre cheminement, tourbillonneraient vers la Lumière. Nous mettrions nos  buts, défis, choix, hésitations  et acceptations dans la même écuelle pour y boire sainement. Se préoccuper de  l’autre en toute simplicité, s’occuper de l’autre en toute amitié et amour ; s’aimer juste s’aimer.

Catherine, souriante rajoute à son tour :

-Je serais si  troublée  que lorsque j’ouvrirais mon ordinateur et d’y voir un message de toi qui me dit que le soleil est dans ta vie ce matin. Je serais si agitée de te répondre sans attendre et empressée d’attendre la réponse. Pour  toi, et seulement pour toi, je te préparerais un pain aux fruits  que tu pourrais déguster  en ma présence. Pour toi, et seulement pour toi, je te laisserais t’envoler comme un oiseau au dessus des montagnes. Pour toi, et seulement pour toi, j’écrirais les plus fabuleux  textes  parlant d’amour, de paix, de liberté et de Lumière.
Pour toi, seulement pour toi, j’irais gambader sur les étoiles filantes  pour t’en ramener des arcs en ciel  multicolores.

Marc  saisit  la main de Catherine et lui insuffle :

-Je t’aimerais  pour toi et tu  m’aimerais pour moi. S’aimer  tels que nous sommes  et non en rêve ou en miroir. S’aimer avec nos forces, nos faiblesses, nos qualités et nos défauts reconnus.

Avec toi, en équilibre avec toi, nous pourrions cheminer  sur des sentiers sinueux à travers bois tout en écoutant la grive  hurler de douceurs vers le soleil. Avec toi, en harmonie avec toi, nous pourrions  contempler en adoration l’astre du jour qui se lève ou se cache derrière l’horizon. Avec toi, sereinement, nous pourrions nous dire ‘’ je t’aime ‘’ sans arrière pensée sans prétention, simplement  ‘’ je t’aime’’ et se serrer l’un contre l’autre en étant agréablement  bien.
Je boirais tes paroles  pour en extirper le message et, en t’écoutant, je me sentirais à l’aise de te prendre la main, comme je le fais présentement, et la caresser tout doucement.

Les deux se taisent  et laissent le chants des oiseaux  poursuivre leur symphonie.

 Au bout d’un court instant   Marc reprend :

-Si, et je dis bien si, je serais avec toi  les jours, les nuits et les soirs paraîtraient si courts qu’il faudrait les ancrés  dans les  fameux souvenirs de notre vie. Si, le si, est si vaste et énorme que toute la terre ne peut en porter le fardeau. L’univers  à lui seul  ne suffit pas seulement Dieu le peut et nous Le retrouverions dans cet Amour que nous échangerions, ensembles, toi et moi.

Nous serions, toi et moi, de grands livres ouverts  à nous et entre nous ; rien a dissimuler. Rien a contrôler, rien a dépendre. Tout a admirer et a aimer.

Je n’aurais rien a t’offrir  tout a te donner ; tu n’aurais rien a m’offrir tout a me donner. Se donner dans  des gestes altruistes, et,  sans retour. Comme  lorsque nous le faisons pour les enfants  et nous sommes enfants de Dieu.

Aimer c’est apprécier l’autre, le savoir en sécurité émotionnelle et bien. Aimer  c’est de se préoccuper de l’autre sans le dominer. Aimer  c’est le don de soi dans tout. Aimer  se camoufle dans les petits gestes bien anodins vis-à-vis l’autre ; un compliment,
une surprise, un sourire, une petite missive bien innocente avec un bonhomme sourire  pour exprimer que l’autre pense à nous .Aimer c’est de marcher main dans la main dans la même direction lointaine .Aimer c’est de faire face aux obstacles mais c’est aussi de respecter l’autonomie de l’autre, et ce,  dans tous les aspects de sa vie. Aimer c’est de suggérer et non de dicter. Aimer c’est la douceur, c’est l’amabilité, c’est l’affabilité, c’est la prévenance, c’est la gentillesse  et c’est le respect profond  de l’un et de l’autre, c’est d’écouter au lieu d’être écouté, c’est  la patience .

Si, je dis bien si, nous serions ensembles, toi et moi, à tous les jours nous devrions prendre comme résolution de se dire ‘’ je t’aime’’ malgré les petits accrocs, s’il y a, malgré les inconvénients de la vie quotidienne  et les jours maussades. Prendre la résolution de ne voir que les aspects positifs de la Lumière. Et il serait possible de le faire, une journée  à la fois  et l’instant présent  à la fois. Il serait dans le domaine du possible de voir et de sentir cet Amour véritable dans tous les gestes, paroles et actions de tous les jours.

Catherine, ravie  des explications de Marc  lui prit les deux mains et rajouta :

- Merci  de  ta franchise et de ton honnêteté, merci  de ta simplicité. Aimer, pour moi aussi, n’est pas une question de superficiel  mais bien de profondeur  de l’âme. Aimer ne s’arrête pas  aux aspects du corps physique, ni des défauts ou des qualités mais bien d’une autre dimension   qu’on ne peut toucher mais bien ressentir. Nous avons entrepris  le chemin, et,  si nous le continuons dans le même sens ; dans la même direction ?

Marc  contemple dans les yeux azurs de Catherine   l’étincelle de la vie  et dit :

-Je suis tout à fait en accord avec toi. Savourons ces minutes qui nous sont  cédées  pour y  puiser  une force stimulante  d’approfondir  ce que pourrait être un amour véritable.

Ils se lèvent   de leur siège  et se redirigent vers le petit sentier fleuri  de marche ; main dans la main .Les oiseaux entament la finale  d’apothéose de leur concert.

Pierre D. ( C)

Laval, Québec

 

 


Autres articles

Répondre

"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Ilona, Mahée et Mila. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose