Lumière !

Image de prévisualisation YouTube

 

La Lumière.


Aujourd’hui  j’ai entendu une très belle histoire, je vous la raconte.

 

Il  était une fois, dans une contrée lointaine, un roi qui  se savait sur ses derniers jours. Il avait trois fils. Sentant sa fin approcher à grands pas  il  devait instaurer un héritier pour son trône et assumer sa continuité. Un héritier imbu de justice, de  droiture et  proche de son peuple. Il fît  venir  à son chevet ses  trois enfants  et leur  posa une condition, aux trois, si l’un d’entre eux voulait  gouverner. Pour éviter les dissensions et les controverses et, aussi, empêcher l’un d’entre eux de prendre de force son trône  il leur somma  de trouver  une solution au problème qu’il leur soumettait et leur faisait promettre  que si l’un d’entre eux satisfaisait la solution, les deux autres accepteraient d’emblée le nouveau roi. Les trois fils, en accord promirent.

Le roi  leur demanda, alors, de bien écouter le problème :

-Au fond  du grand jardin se trouve  une vaste grotte. Si l’un d’entre vous  peut trouver, par  toutes les solutions possibles, le moyen de remplir cette grotte il pourra hériter de la couronne. Pour ce faire  je vous donne une pièce d’or, seulement une pour chacun, que vous pourrez utiliser comme bon vous semblera.

Les trois fils  se regardent, les uns et les autres, et dans leur cerveau foisonnent les idées aussi farfelues les une que les autres. Ils quittent donc leur père  pour s’engager dans cette course au trône.

Le premier fils, l’ainé,  enfourcha  son cheval et, au galop, se rendit chez un marchand de bois du village voisin. Il acheta tout ce que cet homme avait  a vendre. Il  dépense son or  au complet pour des tas et des tas de bois .Il fait transporter son nouveau butin près de la grotte et, avec, des ouvriers ils entassent le bois dans la grotte .Malheureusement il se trouve qu’il n’y a pas assez de bois pour remplir la grotte au complet. Manquant de prévoyance, l’ainé, ne remplit que la moitié de la grotte et n’avait pas d’autre or pour en acheter d’autre. Il abdiqua. Les serviteurs du roi  allèrent avertir le roi.

Son frère le deuxième, pour sa part, un tantinet paresseux imagina un petit stratagème  de sa collection. Il  ordonne  à son serviteur d’atteler  la carriole et  se dirige vers un fabricant de matelas et d’oreillers. Il y commande là  toutes les plumes que ce marchand pouvait avoir en sa possession. Et des plumes il y en  avait. De retour au château il  indique au marchand  et ses ouvriers d’aller au fond du jardin où se trouve la grotte. La caravane  de chariots  se dirige alors vers la grotte et ils déchargent les lots de plumes. Mais  à la suite d’un tassage en règle ils s’aperçoivent, malheureusement que les plumes ne réussissent pas a combler toute l’espace de la grotte. À son tour  le deuxième abdique. Les serviteurs du roi avertirent le roi  pour la deuxième fois.

Pendant tout ce temps, le fils cadet, se dirige vers la ville voisine. Chemin faisant  il rencontre un mendiant  qui lui tends la main pour de la nourriture. N’écoutant que son cœur  il promet au mendiant qu’il allait changer sa pièce d’or pour lui ramener quelques victuailles. Sur la route il croise une caravane de chariots qui semble se  diriger vers le château et   demande au premier conducteur s’il peut lui faire de la monnaie pour une pièce d’or. Ce dernier accepte. Le fils cadet  entre dans le village et  se dirige tout droit au magasin général et achète des vivres pour le mendiant. Tout en faisant ses petites emplettes il achète aussi quelques petits trucs  pour lui-même. Il ressort et croise  un fermier qui peine avec sa charrette de foin. Il lui donne un coup de main et donne à ce dernier quelques pièces d’argent  pour faire réparer une des roues qui est brisée. Il regarde dans ses goussets  et voit qu’il ne lui reste qu’une pièce d’argent pour pouvoir combler le défi posé par son père. Une idée lui vient à l’esprit et retourne au magasin général pour y acheter une grosse chandelle.

Il retourne au château et au fond du jardin, dans la grotte, il y allume sa chandelle. La lumière remplie de partout la grotte. Il venait de relever le défi. Les serviteurs du roi  viennent lui annoncer la nouvelle et le fils cadet hérita du trône  de son père.

Lorsque la  Lumière s’étend la Paix s’installe.

De tous les efforts que nous pouvons faire c’est d’installer une lumière  où c’est sombre. Faire la journée de quelqu’un avec un sourire, un bonjour ou un signe de la main.
Cette Lumière  prendra toute la place.

Pierre D.

Les Ailes du Temps ©

Laval

 

 

 

 

 

 

 


Archive pour 14 avril, 2009

Lumière !

Image de prévisualisation YouTube

 

La Lumière.


Aujourd’hui  j’ai entendu une très belle histoire, je vous la raconte.

 

Il  était une fois, dans une contrée lointaine, un roi qui  se savait sur ses derniers jours. Il avait trois fils. Sentant sa fin approcher à grands pas  il  devait instaurer un héritier pour son trône et assumer sa continuité. Un héritier imbu de justice, de  droiture et  proche de son peuple. Il fît  venir  à son chevet ses  trois enfants  et leur  posa une condition, aux trois, si l’un d’entre eux voulait  gouverner. Pour éviter les dissensions et les controverses et, aussi, empêcher l’un d’entre eux de prendre de force son trône  il leur somma  de trouver  une solution au problème qu’il leur soumettait et leur faisait promettre  que si l’un d’entre eux satisfaisait la solution, les deux autres accepteraient d’emblée le nouveau roi. Les trois fils, en accord promirent.

Le roi  leur demanda, alors, de bien écouter le problème :

-Au fond  du grand jardin se trouve  une vaste grotte. Si l’un d’entre vous  peut trouver, par  toutes les solutions possibles, le moyen de remplir cette grotte il pourra hériter de la couronne. Pour ce faire  je vous donne une pièce d’or, seulement une pour chacun, que vous pourrez utiliser comme bon vous semblera.

Les trois fils  se regardent, les uns et les autres, et dans leur cerveau foisonnent les idées aussi farfelues les une que les autres. Ils quittent donc leur père  pour s’engager dans cette course au trône.

Le premier fils, l’ainé,  enfourcha  son cheval et, au galop, se rendit chez un marchand de bois du village voisin. Il acheta tout ce que cet homme avait  a vendre. Il  dépense son or  au complet pour des tas et des tas de bois .Il fait transporter son nouveau butin près de la grotte et, avec, des ouvriers ils entassent le bois dans la grotte .Malheureusement il se trouve qu’il n’y a pas assez de bois pour remplir la grotte au complet. Manquant de prévoyance, l’ainé, ne remplit que la moitié de la grotte et n’avait pas d’autre or pour en acheter d’autre. Il abdiqua. Les serviteurs du roi  allèrent avertir le roi.

Son frère le deuxième, pour sa part, un tantinet paresseux imagina un petit stratagème  de sa collection. Il  ordonne  à son serviteur d’atteler  la carriole et  se dirige vers un fabricant de matelas et d’oreillers. Il y commande là  toutes les plumes que ce marchand pouvait avoir en sa possession. Et des plumes il y en  avait. De retour au château il  indique au marchand  et ses ouvriers d’aller au fond du jardin où se trouve la grotte. La caravane  de chariots  se dirige alors vers la grotte et ils déchargent les lots de plumes. Mais  à la suite d’un tassage en règle ils s’aperçoivent, malheureusement que les plumes ne réussissent pas a combler toute l’espace de la grotte. À son tour  le deuxième abdique. Les serviteurs du roi avertirent le roi  pour la deuxième fois.

Pendant tout ce temps, le fils cadet, se dirige vers la ville voisine. Chemin faisant  il rencontre un mendiant  qui lui tends la main pour de la nourriture. N’écoutant que son cœur  il promet au mendiant qu’il allait changer sa pièce d’or pour lui ramener quelques victuailles. Sur la route il croise une caravane de chariots qui semble se  diriger vers le château et   demande au premier conducteur s’il peut lui faire de la monnaie pour une pièce d’or. Ce dernier accepte. Le fils cadet  entre dans le village et  se dirige tout droit au magasin général et achète des vivres pour le mendiant. Tout en faisant ses petites emplettes il achète aussi quelques petits trucs  pour lui-même. Il ressort et croise  un fermier qui peine avec sa charrette de foin. Il lui donne un coup de main et donne à ce dernier quelques pièces d’argent  pour faire réparer une des roues qui est brisée. Il regarde dans ses goussets  et voit qu’il ne lui reste qu’une pièce d’argent pour pouvoir combler le défi posé par son père. Une idée lui vient à l’esprit et retourne au magasin général pour y acheter une grosse chandelle.

Il retourne au château et au fond du jardin, dans la grotte, il y allume sa chandelle. La lumière remplie de partout la grotte. Il venait de relever le défi. Les serviteurs du roi  viennent lui annoncer la nouvelle et le fils cadet hérita du trône  de son père.

Lorsque la  Lumière s’étend la Paix s’installe.

De tous les efforts que nous pouvons faire c’est d’installer une lumière  où c’est sombre. Faire la journée de quelqu’un avec un sourire, un bonjour ou un signe de la main.
Cette Lumière  prendra toute la place.

Pierre D.

Les Ailes du Temps ©

Laval

 

 

 

 

 

 

 

"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Ilona, Mahée et Mila. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose