Le(s)chemin(s)de l’humilité.

Le(s)chemin(s)de l'humilité. dans Liens 2012-05-27_05-20-52_3351-1024x577

Ecclésiaste 3

1  Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux:

2  un temps pour naître, et un temps pour mourir; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté;

3  un temps pour tuer, et un temps pour guérir; un temps pour abattre, et un temps pour bâtir;

4  un temps pour pleurer, et un temps pour rire; un temps pour se lamenter, et un temps pour danser;

5  un temps pour lancer des pierres, et un temps pour ramasser des pierres; un temps pour embrasser, et un temps pour s’éloigner des embrassements;

6  un temps pour chercher, et un temps pour perdre; un temps pour garder, et un temps pour jeter;

7  un temps pour déchirer, et un temps pour coudre;

 un temps pour se taire, et un temps pour parler;

 8  un temps pour aimer, et un temps pour haïr; un temps pour la guerre, 

et un temps pour la Paix…..

Solidement campé sur mes deux jambes dans les effluves de l’aurore, je contemple l’apparition multicolore de l’astre du jour. Je sens en moi  mon âme de sentinelle qui attends l’éveil de la nature .Les ténèbres s’enfuient à toute épouvante vers  le néant devant tant et tant de Lumière .Les paroles de l’Ecclésiaste me reviennent  à l’esprit.


‘’Un temps pour se taire, et un temps pour parler ‘’

Mais qui suis-je donc et comment se fait-il que je sois ici, encore ce matin, au Monastère de  Saint-Benoît du Lac ; un des plus beaux Monastère Bénédictin en Amérique du Nord ? Je suis privilégié. Je viens dans la Maison de Dieu chercher mes directives et mes conseils mais au plus important, je viens rendre hommage à Celui qui m’a et me fait vivre encore aujourd’hui.

Je me sens chez moi  et accepté. Je repense toujours lorsque je retourne à la maison que je dois faire face à un monde hostile et à l’envers où il faut chercher et trouver la Lumière. De plus en plus je n’y trouve pas ma place, d’ailleurs, j’ai toujours eu des difficultés à y trouver cette  place. Je me suis souvent, trop souvent, senti repoussé, rejeté, ignoré, incompris et délaissé. Et, souvent par sens de culpabilité, je croyais qu’il n’en relevait que de mon ressors.

Pas ici car, comme moi, je suis au milieu de chercheurs de Dieu. Je me sens à l’aise. Je me sens bien car ces frères moines ne possèdent rien, tout appartient à Dieu. Ils vivent en communauté et partagent tout humblement; en communauté.

Je ne suis pas un moine, un prêtre, un curé ou quoi que ce soit de titre dans cette hiérarchie de l’Église. Je suis Oblat bénédictin et ce n’est pas un titre .Je suis soldat du Christ et ai voué ma vie au Christ; le reste de ma vie. J’en ai fait l’apprentissage tout le long de cette vie, souvent, sans m’en rendre compte. Les plans de Dieu sont impénétrables. Je ne suis pas arrivé par la grande porte des séminaires, par des études exhaustives spécialisées en théologie ou en quelque matière que ce soit, non, je suis arrivé à mon Oblation (juin 2010) par la petite porte de la souffrance  et de l’abnégation.
‘’C’est pour les avertir que le Seigneur flagelle ceux qui s’approchent de Lui ‘’ nous dit Judith(2,27).
Je l’ai bien compris.

Tout ce cheminement, ce recouvrement de Lumière, fait partie d’un long et douloureux processus. Un long processus vers l’humilité. Je ne me sens pas digne de l’apprécier et de me dire que ça m’arrive à moi. Car pour dire que nous sommes les Fils et les Filles de Dieu, nous devons avoir une humilité pure et parfaite pour l’avouer sinon c’est l’orgueil qui nous emporte .Nous ne sommes rien, en rien, et pour rien .Mais en Christ nous sommes tout. Notre premier devoir est d’obéir car Lui s’est fait obéissant jusqu’à en mourir sur la Croix. Dieu nous a donné la Vie; Il nous a donné son Fils.

 Tout au long de ce chemin qui est ma vie, j’accumulerai des expériences  du temps, du moment et de l’instant présent. Je me sers, aujourd’hui,  cette somme incommensurable de bienfaits pour rendre hommage à Dieu et par son Fils le Christ Jésus.

De la petite école, souvent par des expériences douloureuses, au secondaire sans jamais obtenir de diplôme jusqu’au marché du travail. Pompier pour lutter contre un ennemi implacable, officier dans l’armée de réserve pour apprendre à commander et aussi apprendre à obéir. Militant d’organisations populaires et communautaires à la suite de deux années à l’université. Apprendre à défendre les plus démunis contre les injustices sociales et enfin, dans ce bout de cheminement, syndicaliste : le summum de mes acquisitions de combattant.

Suite à tout cela une déchéance dans la dèche s’est accaparée de moi. En 1979 je suis complètement battu dans le jeu de l’alcoolisme et des drogues où je connaîtrai un réveil spirituel et un renouvellement de vie. Mais l’apprentissage ne s’arrête pas là au contraire. Je me sens imputé de missions- (je ne le voyais pas comme ça dans ces années-là)- je me sens comme le semeur d’espoir ; de Lumière. J’apprends tout autant que j’apprends aux autres. De thérapeute dans un centre de réhabilitation d’alcooliques et de toxicomanes après des études à l’université mon chemin m’amène dans un centre d’accueil pour jeunes délinquants comme éducateur pendant trois ans. Par la suite je me retrouve concierge dans des immeubles à appartement pour servir, servir et servir en toute humilité .Mes trois enfants viennent dans ce monde; encore servir. Et, finalement, pendant plus d’une dizaine d’années j’enseignerai l’informatique aux gens de tous les âges  pour vaincre leurs peurs et communiquer.

Toute cette panoplie d’expériences n’est pas, pour moi, un sujet à gratifications ou à louanges; aucunement. Ce sont des outils pour rendre Grâce à mon Créateur de m’avoir fait passer par ces chemins pour acquérir l’humilité si nécessaire pour avoir la Liberté en Dieu. Seulement en Lui.
J’ai fait des recherches dans tous les domaines, ou presque, et un jour je demande à un de mes amis qui est prêtre :
-Mais qu’est ce que je recherche? Qu’est ce que je recherche et recherchais depuis tout ce temps ? En histoire, en mathématique, en physique, en géographie, en politique, en astronomie, en géologie, en philosophie et plus tard dans la Kabbale, le Yi-King, le Taôisme, l’Hindouismes, le Bouddhisme  et la Bible ?
Il me répond :
-Mais tu recherche Dieu, as-tu regardé à l’intérieur de toi ; dans ton cœur ? As-tu vu le Christ dans les autres ? As-tu eu cette étincelle venir t’éblouir pour te dire que Lui est là et qu’il sera toujours là ?

Le 13 juin 2010, après 30 ans que je sois venu au Monastère de Saint-Benoît du Lac pour la première fois, je fais mon Oblation. J’offre ma vie et tout ce qu’elle comporte au Christ; à Dieu.

Maintenant, je vis au  rythme de la Règle de Saint-Benoît. Je suis un homme et ne suis pas parfait .Notre vœu prononcé lors de notre Oblation, celui de Conversion de vie(ou des mœurs), est mon but vers l’ultime : ne rien préférer à l’Amour du Christ.
En avant, d’autres missions nous attendent.

Suite de douze (12)textes….

 


Autres articles

Répondre

"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Ilona, Mahée et Mila. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose