Vivre en Paix

Image de prévisualisation YouTube

Vivre en Paix.

Ce soir, pour cette Veille de Noel , je suis avec ma petite fille Nadine. Elle  a dit à sa maman et son papa qu’elle veux être avec moi pour ne pas que je sois seul. Je me plait beaucoup en sa présence car elle est spontanée et perspicace. Elle a amené avec elle toute sa ribambelle de poupées ,d’ourson et une petite crèche que je lui avais donné il y a quelques années; pour me faire plaisir . Nous sommes installés sur mon divan emmitouflés de couverture douce . Le foyer crépite , de douces flammes orangées et rougeâtres nous éclairent et nous encensent. La lumière nous envahit pour nous sécuriser; il fait froid à l’extérieur   et il neige .Un temps excellent pour une Veille de Noel. Je fais jouer de la musique traditionnelle de Noel et Nadine apprécie beaucoup. J’ai monté un petit sapin , pour se sentir dans l’atmosphère , qui nous lance son éclat un peu blafard. La petite a insisté pour y installer sa petite crèche sous le sapin, sans le petit Jésus évidemment . On attendra minuit me dit-elle. Je souris et lui dis:

-Vos désirs sont des ordres mademoiselle .

Elle me sourit candidement et se cale dans les couvertures toutes pleine de douceurs  et chaudes. Nous n’allumons pas la télé et écoutons simplement la musique .
Nous regardons les flammes tournoyer et nous dessiner un ballet. Le crépitement lancinant nous hypnotise. Quel calme et quelle sérénité . Les flocons dansent à la fenêtre. La chanson Sainte Nuit nous ravive . Nadine me dit :

-C’est tellement beau grand-papa

Tout en serrant dans ses bras un petit ourson que sa maman m’avait donné avec lequel elle est en amour . Elle me lance :

-Je t’aime Papy.

On sent la chaleur bienfaisante de l’antre de feu. Les yeux de l’enfant sont électrisants et lumineux. Quel bel enfant. Elle me questionne:

-Papy, j’écoutais les nouvelles avec papa et maman ce matin et on y disait que des immigrés ont demandé de venir ici dans notre pays mais les gens ont peur. La majorité de ces réfugiés sont des enfants comme moi. Pourquoi cette peur ? Si moi je demandais l’asile , est-ce que le monde aurait peur de moi ?

Je sais le sujet très délicat et essaie de lui répondre de façon adulte, ce que je pense elle est. Lui donner une réponse simple et sans parti pris:

-Tu sais le pays d’où  ils viennent, ils sont en guerre depuis très longtemps . Ce sont des gens qui ne savent plus où aller. Ils veulent être  neutres dans le conflit qui oppose les uns aux autres. Alors ils fuient pour vivre en paix. Et dans ces personnes il y a  les enfants innocents.

Nadine m’interromps et me demande:

-Mais pourquoi ne pas les accueillir et en prendre soin ? Nous avons un pays immense et riche, pourquoi ne pas partager ? Je partagerais avec eux ma chambre et mes jouets. Ils en ont pas. J’ai vu des photos et ils couchent en pleine forêt sur des vieux matelas et dans des tentes toutes sales. Ils n’ont rien à manger et doivent quêter pour survivre .

J’écoute la bambine et une larme me vient à l’œil:

-Tu es très généreuse ma grande mais il y a , malheureusement des lois , des lois de la peur. Tu sais comme la chanson  » Imagine » de John Lennon  où il n’y aurait pas de frontière ou de pays ,seulement l’humanité et les humains. L’Amour pourrait mener le monde et non la guerre. Et tout ça fait des malheureux et des pauvres. Pendant que les riches ne pensent qu’à bombarder et détruire ,les humains se cachent et fuient. Il y a des enfants qui ne connaissent rien d’autre que tout cela. Tu sais on est bien ici dans notre pays mais il y a eu des évènements qui se sont passés en France dernièrement qui nous ont fait réfléchir que nous aussi nous ne sommes pas à l’abris de cette guerre. Pas à la même échelle que ces pays mais en guerre tout de même.

Je vois que Nadine réfléchit profondément. Je ne veux pas la froissée et commence à lui parler de ce que nous vivions ce soir .

-Celui ,dont nous célébrons la naissance aujourd’hui ,nous a dit :  » Aimez-vous les uns les autres  » . Il y a très longtemps qu’Il nous l’a dit mais le genre humain reste le genre humain.

L’homme ne naît pas mauvais; il le devient avec le temps et  les circonstances.
Nadine appuyée sur mon bras me dit:

-Parles-moi de Lui grand-papa.

Je me lève doucement et je vais attisé les flammes  et rajoute une buche qui fait monter une myriade de flammèches vers la cheminée. Je viens me ré- assoir près de ma petite fille . Je replace la couverture et lui demande si elle est bien et elle me répond  :

- Cent pour cent mon papy.

Je reprends la conversation:

-Jésus est venu au monde dans un étable. Ses parents n’avaient rien. Pourtant c’était le Roi du Ciel, Dieu. Dans cet étable seulement un bœuf et un âne pour réchauffer l’atmosphère.

Nadine me regarde et m’affirme :

-Oh que ça dû être plaisant !

Je reprends et continue mon récit:

-Plusieurs cherchaient à le faire mourir…..

Nadine , toute surprise :

-Hein ! Un enfant innocent ?

Je poursuis :

-Oui car ceux qui voulaient le faire mourir avaient peur de Lui, peur de perdre leurs avoirs, leur couronne , leur trône . Tu vois que ça ne date pas d’hier cette peur . Mais le Père Céleste du petit Jésus le protégeait . Toute sa vie ,Jésus n’a jamais rien eu , ni de possessions matérielles ou d’argent. Ils aidait les autres, ils étaient malades il les guérissait . Il a même ressuscité des morts . Il écoutait les gens et ils l’ont crucifié. Mais sa mort est une délivrance pour nous . Il nous a montré le chemin de la Vie. Nous fêtons sa Naissance encore ce soir et cela fait plus de deux milles ans.

Nadine bien calée dans sa couverture ,elle me tient la main et me dit:

-Bien moi je suis comme Lui ,je veux aider les autres et leur faire du bien . En passant ,as-tu vu sous ton petit sapin il y a une petite boîte pour toi ?

Je lui dis:

-Oui j’ai remarqué et moi aussi j’en ai une boîte pour toi mais nous allons ouvrir cela que sur les douze coups de minuit. Elle est d’accord.

Le temps s’écoule doucement et calmement, on voudrait l’arrêté et vivre cela indéfiniment. Nadine regarde l’heure et me dit:

-Je crois que je vais dormir un peu, veux-tu me réveiller à minuit moins  dix ensuite nous ouvrirons nos cadeaux.

Je lui fais signe que oui. Elle ferme les yeux et il n’est pas long qu’elle tombe dans les bras de Morphée. Elle s’est accotée sur mon épaule et je ne bouge pas pour ne pas la déranger. Je crois que moi aussi je sommeille un tantinet. À minuit moins le quart j’ouvre les yeux et le feu a diminué d’intensité. je me lève très doucement et furtivement pour ne pas réveiller Nadine et va brasser les tisons. Le feu redonne signe de vie et je rajoute une bonne buche. Je vais dans ma chambre et amène le cadeau de la petite. Une ferme miniature avec tout plein de petits animaux et leurs bébés. Je dépose la boîte sous l’arbre et je réveille Nadine. Tout endormie elle s’assied dans le divan tout en chassant le sommeil . Je lui dis:

-Il est minuit moins cinq ma grande. Places-tu ton petit Jésus à sa place .

Elle acquiesce, se lève et prends son petit Jésus tendrement et le place dans on berceau sous l’arbre de Noel. Elle vient se replacer sur le divan et je lui dis:

-On va garder une minute de silence mon amour si tu veux bien. Ensuite on ouvrira nos cadeaux.

Elle fait signe de la tête de oui.

Nous restons silencieux où ce temps appartient aux anges.

Je me lève et lui tends son présent. Les yeux tout pleins de surprises elle me demande :

-Qu’est ce que c’est papy ?

 »Bien, je lui dis  , ouvre-la et tu verra.

Tout délicatement ,sans rien froisser ,tout comme elle veux jouir de ce moment pour l’éternité . Lorsqu’elle voit sous le papier d’emballage l’image de la ferme elle s’éclate:

-Papy nous en parlions à l’école avant les vacances, comment as-tu su ?

Je lui dis en me moquant un peu:

-C’est mon petit doigt qui me l’a dit.

Elle rit de bon cœur.

Elle sort les différents animaux et d’exclamations en exclamations avec des Oh! et des Ah! elle admire les petits moutons, poulains , veaux, et tous les autres. Elle me saute dans les bras et m’embrasse sur les deux joues. Elle se lève et va sous le sapin et me ramène la petite boîte qu’elle a pour moi . Elle me la tend et attends que je l’ouvre. J’y vais tranquillement et déballe le papier d’emballage . Une petite boîte à bijoux apparait. Je la regarde et je glisse furtivement un regard curieux à l’intérieur. Impatiente Nadine me dit:

-Allez ouvres-la  tu vas aimer.

J’ouvre la boîte et y découvre une clef. Je lui demande:

-Mais elle débarre quoi cette clef ma grande?

Elle me réponds de façon narquoise:

-Tu le saura quand tu viendras demain à la maison au souper que donne mes parents à toute la famille . Je veux m’assurer que tu sois là.

Sur ce, elle se colle sur moi et me dit:

-Je t’aime Papy et beaucoup de gens t’aiment aussi.

Je lui dis:

-Moi aussi je t’aime et ne t’en fais pas je vais être là demain. Car c’est ton papa qui vient nous chercher.

Fatiguée et encore ensommeillée Nadine me dit qu’elle veut dormir maintenant. Je lui dis:

-Tu vas coucher dans mon lit ce soir moi je vais dormir sur le divan et demain matin nous allons prendre un bon déjeuner.

Je la porte jusqu’à mon lit ,l’installe et l’emmitoufle dans les couvertures et lui donne un baiser sur le front:

-Dors bien mon ange et fais de beaux rêves.

-Bonne nuit Papy et merci encore, je t’aime .

Je retourne sur le divan et me met à pleurer……je dis:

-Merci mon Dieu.

Pierre Dulude

Ste-Agathe des Monts.

3 Décembre 2015

 


Autres articles

Répondre

"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Ilona, Mahée et Mila. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose