Quotidien.

Image de prévisualisation YouTube

4. QUELS OUTILS UTILISER POUR FAIRE LE BIEN?

( Extrait de la Règle de St-Benoît)

 

OBÉIR AUX COMMANDEMENTS DE DIEU

1 Avant tout, aimer le Seigneur Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toutes tes forces » (Marc 12, 30).

2 Puis, le prochain comme soi-même. (Marc 12, 31 ; Luc 10, 27).

3 Ensuite, ne pas tuer.

4 Ne pas prendre la femme d’un autre.

5 Ne pas voler.

6 Ne pas désirer avec envie ce que tu n’as pas.

7 Ne pas être un témoin qui ment.

8 Respecter tous les hommes.

9 Ne pas faire aux autres le mal que tu ne veux pas pour toi-même.

DIRE A TOI – MÊME ET AIMER LES AUTRES

10 Renoncer à toi-même pour suivre le Christ.

11 Mener durement ton corps.

12 Ne pas être gourmand.

13 Aimer le jeûne.

14 Donner à manger aux pauvres.

15 Donner des vêtements à ceux qui sont nus.

16 Visiter les malades.

17 Enterrer les morts.

18 Aider ceux qui sont dans le malheur.

19 Consoler ceux qui souffrent.

20 Te rendre étranger aux affaires du monde.

21 Ne rien préférer à l’amour du Christ.

22 Ne pas agir sous le coup de la colère.

23 Ne pas réserver un moment pour te venger.

24 Ne pas garder la ruse dans ton coeur.

25 Ne pas donner une paix qui est fausse.

26 Ne pas cesser d’aimer. 4, 27-50 22

27 Ne pas jurer : cela évite de trahir ton serment.

28 Dire la vérité dans ton coeur comme dans ta bouche.

29 Ne pas rendre le mal pour le mal.

30 Ne pas être injuste avec les autres. Mais si on est injuste avec toi, souffrir cela avec patience.

31 Aimer tes ennemis.

32 A ceux qui te jettent une malédiction, ne pas répondre par une malédiction, mais plutôt par une bénédiction.

33 Accepter de souffrir durement pour la justice.

34 Ne pas être orgueilleux.

35 Ne pas aimer le vin.

36 Ne pas aimer manger beaucoup.

37 Ne pas dormir partout.

38 Ne pas être paresseux.

39 Ne pas murmurer.

40 Ne pas dire du mal des autres.

GARDER TON COEUR POUR DIEU

41 Mettre en Dieu ton espérance.

42 Le bien que tu vois en toi, reconnaître qu’il vient de Dieu et non de toi.

43 Le mal, au contraire, savoir que c’est toujours toi qui le fais, et qu’il vient de toi.

44 Craindre le jour du jugement.

45 Avoir très peur de souffrir loin de Dieu pour toujours.

46 Avec toute l’ardeur qui vient de l’Esprit Saint, désirer vivre avec Dieu pour toujours.

47 Chaque jour, avoir la mort devant tes yeux.

48 A chaque moment de ta vie, surveiller ce que tu fais.

49 Partout, être sûr que Dieu te regarde.

50 Dès que des pensées mauvaises arrivent à ton coeur, les détruire tout de suite en les écrasant contre le Christ (Psaume 136, 9), puis les découvrir à un ancien qui vit selon l’Esprit de Dieu. 23 4,51-74

51 Éviter de dire des paroles mauvaises ou qui ne conviennent pas.

52 Ne pas aimer parler beaucoup.

53 Ne pas dire des paroles vides ou seulement pour faire rire.

54 Ne pas aimer rire beaucoup ou trop fort.

55 Écouter volontiers les lectures saintes.

56 Te prosterner souvent pour prier.

57 Chaque jour, dans la prière, avouer à Dieu tes fautes passées en les regrettant beaucoup et en pleurant.

58 Te corriger de ces mêmes fautes à l’avenir.

59 Ne pas céder aux mauvais désirs du corps.

60 Détester ta volonté égoïste.

OBÉIR A L’ABBÉ ET VIVRE DANS LA VÉRITÉ

61 Obéir en tout aux ordres de l’abbé, même si celui-ci se conduit autrement – espérons que non ! -. Dans ce cas, rappelle-toi le commandement du Seigneur : (Mt 23, 3).

62 Ne pas vouloir être appelé saint avant de l’être, mais l’être d’abord. Ensuite, on le dira avec plus de vérité.

63 Chaque jour, faire passer dans tes actions les commandements de Dieu.

64 Aimer être pur dans ton coeur et dans ton corps.

AIMER TOUS TES FRÈRES

65 Ne détester personne.

66 Ne pas être jaloux.

67 Ne pas cultiver l’envie.

68 Ne pas aimer les disputes.

69 Fuir tout ce qui te met au-dessus des autres.

70 Avoir un grand respect pour les anciens.

71 Avoir de l’affection pour les plus jeunes.

72 Prier pour tes ennemis parce que tu aimes le Christ.

73 Quand tu t’es disputé avec un frère, retrouver la paix avec lui avant le coucher du soleil.

74 Et ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu. 4, 75-78 24

LE MONASTÈRE EST L’ATELIER DU MOINE

75 Voilà les outils qui aident à travailler selon l’Esprit de Dieu.

76 Si nous les utilisons sans arrêt, jour et nuit, et si nous les rendons à Dieu au jour du jugement, alors, en échange, le Seigneur nous donnera la récompense promise.

77 ce que personne n’a jamais entendu, voilà ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment » (1 Corinthiens 2, 9).

78 Et l’atelier où nous ferons ce travail avec soin, c’est la clôture du monastère où nous restons pour toujours avec la même communauté.

 

 

——————————————————————————————————————

Quotidien. dans Liens lumiere_cendree

Pensée du 23/09/2008.

« Efforcez-vous de prendre goût au travail avec la lumière, non
seulement la lumière du soleil, mais aussi cette lumière
invisible qui imprègne toute la création ; car seule la lumière
est capable de rétablir l’ordre en vous, de faire vibrer en
harmonie toutes vos cellules, de rétablir votre santé. Dans le
plan physique comme dans le plan psychique c’est elle qui
possède les plus grands pouvoirs. Bien sûr, elle n’est peut-être
pas la méthode la plus rapide, mais ses effets sont définitifs.
Pensez à la lumière plus qu’à toute autre chose dans la vie, car
par ses vibrations d’une extrême subtilité elle nous rapproche du
monde de l’esprit.

Chaque jour, pendant quelques minutes au
moins, pensez seulement à la lumière et à rien d’autre. Ce sera
comme un faisceau de particules pures qui vous traversera ; et
ce faisceau deviendra si puissant qu’il ira toucher toutes les
créatures sur la terre pour éveiller leur nature divine. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

—————————————————————————

 

Black-Billed_Gull dans Liens


Humilité :

Si quelqu’un te dit qu’il est grand….sens toi plus petit que lui , et ,

si quelqu’un te dit qu’il est petit sens toi encore plus petit que lui .

jeudi, 17 janvier 2008

Pierre D(C)

Laval,Québec

—————————————————————————–

24 septembre 2008

Livre des Proverbes 30,5-9.

Toute parole de Dieu est garantie ;c’est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui leur refuge. N’ajoute rien à sa parole : il te le reprocherait comme un mensonge. Seigneur, je ne te demande que deux choses, ne me les refuse pas avant que je meure ! Éloigne de moi le mensonge et la fausseté, ne me donne ni la pauvreté ni la richesse :accorde-moi seulement de quoi subsister. Car, dans l’abondance, je pourrais te renier en disant :
« Le Seigneur n’existe pas. »Et, dans la misère, je pourrais devenir un voleur, et profaner ainsi le nom de mon Dieu. 

lumiere_cendree

Bonne journée !

Paix et Lumière.

Pierre D(C)

Laval, Québec.

—————————————————————————————

moment

Le moment présent !



Vivre son moment présent , là, ni hier ni demain.

Vivre le moment présent c’est avoir la gratitude et remercier ce que l’on a présentement . Tous les bienfaits que la vie nous procure .
Vivre le moment présent c’est de jouir pleinement de la vie.

Vivre ce moment présent c’est d’éviter de tomber dans les pièges des vieux souvenirs souffrants du passé et , surtout, de pardonner et se pardonner. C’est aussi, éviter les projections dans le futur qui n’est pas là. C’est encore esquiver les futurs tracas , s’il en est . D’arrêter de penser , ruminer , jongler ou se stresser pour des choses qui ne sont pas encore arrivées.

Vivre notre moment présent , à l’instant , et se demander : ‘’ comment je me sens là ; à ce moment ?’’ Suis-je bien ? Est-ce que je m’ennuie ? Est-ce que je vis de la solitude ? Si la l réponse est oui ; il y a une chose magnifique et extraordinaire : c’est de prendre conscience de ce moment présent .

Le bonheur se retrouve dans ce moment présent.

Un ami à moi a sa recette pour demeurer dans cet instant présent. Lorsqu’il se prends a penser à quelqu’un qui lui avait fait du tort dans le passé , il s’arrête et se dit : ‘, Bon je suis encore a ressasser cette situation et je ne me sens pas trop bien intérieurement .Il me semble que j’avais pardonné . Qu’est ce que je fais ? ‘’ El là il se lève et se pose la question : ‘’ Est-il ici lui aujourd’hui ; là ? ‘’ Et évidemment la réponse est : non ! Alors il se mets a regarder partout dans sa maison pour rechercher cette personne et il se dit : ‘’ Bon elle n’est pas dans la chambre , ni au salon ,non plus dans la cuisine seulement dans mes pensées. Alors il chasse cette idée de cette personne pour vivre ce qu’il vit à l’instant .Il lui envoie des pensées d’Amour et de Paix.

Il fait la même chose lorsqu’il a des tracas financiers et qu’il a des paiements a faire . Il regarde un calendrier et encercle la date du jour et se dit : ‘’ Nous ne sommes pas encore rendus là ; aujourd’hui c’est aujourd’hui vivons le pleinement ‘’. Il en reviens dans son moment présent et s’occupe des choses qu’il a a faire sur le moment .Il me dit que parfois il se croit cinglé mais m’avoue que c’est sa façon à lui de demeurer dans son moment présent .

Souvent nous fuyons dans le passé par de beaux ou moins beaux souvenirs , il n’y a rien d’étrange à cela, mais lorsque ces souvenirs nous font creuser dans des émotions négatives ou de nostalgie nous allons nous déstabiliser dans d’autres émotions .Et , soit la tristesse ou la nostalgie s’emparent de nous et nous ne vivons plus dans cet instant présent .

Le moment présent est un trésor de découvertes ; le moment présent est en soi un infini.

Il n’est pas facile d’y rester car il est très facile d’en sortir .

Nous vivons ,tous à certain degré, une vie trépidante et mouvementée. Une vie remplie d’obligations , de responsabilités et de devoirs.
Nous vivons des pression s sociales d’en arriver à ‘’ quelque chose ‘’ . Nous sommes bombardés par la publicité, par les médiums de communications qui nous font sortir de cet instant présent . Ou bien ils nous font rêver de beaucoup de choses ou bien ils nous font culpabiliser pour ce que nous n’avons pas et pourtant le bonheur ne se retrouve pas dans ces choses, souvent matérielles, mais bien dans ce que nous sommes maintenant ici et pas ailleurs.

Si je voyage, j’apprécie sur le moment présent ce que je vois et non à penser : ‘’ Dans deux semaines je vais être de retour à mon bureau ‘’ . Pourquoi ne pas faire la même chose dans notre quotidien ;dans notre vie présente donc dans notre moment présent . Vivre ici ; là présentement .

Il y a de ces gens qui vivent continuellement dans les affres du passé ou dans les dédales non-présentes du futur, sont-ils heureux ?

Le temps passe relativement vite . À un certain temps de notre vie les mois semblent des semaines et les semaines des jours. Alors profitons à plein des minutes de ce moment présent .Voici ce qu’en pense Gandhi :‘……Le bonheur passe par la capacité à profiter de l’instant présent, être ici et maintenant.Le désir est à la base de la souffrance qui est la première source de violence. Le désir se situe dans le futur quand nous courons après la réussite ou un bien matériel. Il se situe dans le passé quand nous n’acceptons pas d’intégrer les expériences que nous avons vécues.

Enfin il peut se situer dans le présent quand nous laissons les stimuli externes nous attirer telles des lampes un papillon de nuit.

S’affranchir du désir, c’est accepter le monde tel qu’il est, c’est accepter que les moyens sont aussi importants que la fin, c’est accepter les expériences comme un don de Dieu.

C’est tout simplement suivre la voie de la non-violence active qui est le refus de toute forme de violence.Heureusement pour le futur de l’humanité, l’être humain n’a pas de nature figée. Il est intention et dépassement.

C’est pourquoi j’aimerais partager avec vous la grande confiance qui m’anime en sa capacité de dépasser la souffrance et de prendre conscience qu’aimer le moment présent est une grande étape sur la voie du bonheur.

Gandhi’’

L’instant présent peut se composer , si nous le voulons , d’une myriade de petits bonheurs à nous d’engendrer ces joies.

Pierre D. (C)
Laval,Québec,Canada

———————————————————————————————–

Image de prévisualisation YouTube

———————————————————————————

La Vie !

Nous négligeons la vie parce que nous n’attendons pas de gratifications ou de reconnaissances officielles de ce côté. La vie est la grande négligée parce qu’elle passe le plus souvent inaperçue. Et pourtant, c’est toujours en elle que nous nous trouvons, inconnus aux autres et en grande partie à nous-mêmes, c’est en elle que nous sommes joyeux ou tristes. Certes, notre vie dans sa quotidienneté, dans ses sensations, dans ses rencontres, ne fait pas l’objet d’une évaluation sociale ou collective, ne mérite pas un salaire, mais c’est justement sur ce plan que s’exerce l’art le plus subtil et le plus difficile, que les plus grands artistes se trouvent. Ils sont grands, entre autres, de par leur pouvoir de couper avec la logique de la reconnaissance, d’investir la vie là où elle se trouve dans l’ombre, d’accorder la plus grande importance à ce qui, bien qu’essentiel, est le plus négligé : le noyau même de notre être.

En même temps, cet art est le plus simple, car il n’exige pas une compétence particulière pour s’exercer, tout vivant y est apte d’emblée, toutes les facettes de la vie quotidienne font l’affaire et font partie du matériau concourant à l’œuvre d’une vie. On pourrait ajouter également que c’est l’art le plus gratifiant, bien qu’il ne faille pas s’attendre là à une quelconque reconnaissance sociale ou officielle. Cet art est gratifiant, car c’est tout de suite qu’on en ressent les effets, c’est immédiatement que nos relations aux autres et à nous-mêmes sont transformées. Ces effets ne se situent pas dans une autre dimension, celle d’une quelconque récompense, d’une œuvre particulière, d’un salaire, voire d’une autre vie, mais se font sentir tout de suite. Puisque c’est dans le matériau de la vie que nous œuvrons, c’est d’emblée en elle que les résultats de l’observation et de l’attention se font sentir. Il s’agit là d’un travail de délicatesse et de tendresse. Un tel art de vivre ne peut s’exercer sans amour et sans compassion. C’est la qualité de notre rapport aux autres qui est déterminante. Ce rapport se fait dans la rigueur. Il n’exclut lut pas la lutte, la contestation, la résistance. Mais ce qui prédomine en lui, c’est une espèce de tendresse et de compassion. Cette tendresse et cette compassion sont joyeuses. Joie, tendresse et compassion sont inséparables.

La lutte aussi est nécessaire. Cependant, la lutte elle-même ne sera entreprise que du point de vue de l’amour. Celui-ci est prédominant. Dans l’art de vivre, les affects positifs ou affirmatifs prédominent. C’est d’ailleurs pour les créer, pour les fortifier, pour les enraciner que l’art de vivre est pratiqué. Cet art n’a pas à attendre pour s’exercer. Il est toujours temps de s’y consacrer. Personne n’est trop jeune ou trop vieux pour un tel art. l’œuvre et vivante, toujours en cours, toujours inachevée. Nous habitons l’œuvre, elle nous habite. Nous sommes l’œuvre.

Tant que la vie dure, l’art de vivre doit s’apprendre encore de nouveau, en fonction des nouveaux défis qui se posent, des nouveaux événements qui surviennent. Sans cesse nous apprenons à l’école de la vie. Apprendre est joyeux. Relever les défis présentés par la vie est excitant. Comment allons-nous nous y prendre ? De quoi sommes-nous capables ? Que pouvons-nous faire..

L’horizon est ouvert.


Pierre Bertrand, Connaissance de soi et vie quotidienne (Liber – 2003).

————————————————————————————————

 

 

 

 



Autres articles

Répondre

"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Ilona, Mahée et Mila. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose